Une idée fausse : Toutes les bactéries peuvent être tuées par l’argent colloïdal.

À l’heure actuelle, toutes les bactéries n’ont pas été étudiées et de nouvelles souches apparaissent chaque jour. Ce que l’on peut dire, c’est que l’argent colloïdal s’est révélé efficace contre un très large éventail de bactéries courantes.

La plupart des bactéries pathogènes, en particulier celles qui ont des parois cellulaires, sont rapidement détruites. On pense que le mécanisme implique en quelque sorte le blocage des enzymes essentielles par liaison covalente de l’argent aux groupes soufrés ou aminés.

La résistance à l’argent, bien que possible, est très difficile et nécessite de nombreuses mutations au sein des cellules. De nombreuses bactéries n’ont pas été capables de survivre en présence d’argent pendant de longues périodes. Certaines bactéries, en particulier celles de la flore intestinale, peuvent cependant survivre et même fabriquer des nanoparticules d’argent à partir d’un environnement ionique ; ces bactéries sont généralement résistantes à la toxicité de l’argent, car elles ont développé un mécanisme pour faire face aux ions d’argent et les traiter en toute sécurité.

Le développement bactérien de la résistance à l’argent consiste principalement en deux mécanismes : l’accumulation et le stockage de l’argent (généralement la chimie redox) ; et la pompe d’efflux active, qui envoie les ions argent hors de la cellule.

Donc oui, la plupart des bactéries et virus pathogènes sont tués par l’argent, tandis que la plupart des bactéries bénéfiques sont préservées. Cette seule propriété rend l’argent colloïdal supérieur aux antibiotiques.

“Cette déclaration n’a pas été évaluée par la Food and Drug Administration. Ce produit n’est pas destiné à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie”.